JD.com, l’Amazon chinois

2017-08-04T06:30:25+00:00 01 08 2017|Marketplace chinois|

Fort de ses 250 entrepôts géants, JD.com s’appuie sur le modèle du succès d’Amazon dans le Monde pour asseoir sa puissance.

Cette Market Place chinoise dépassera sûrement les 110 Milliards d’Euros de Chiffre d’Affaire en 2017.
Son secret : Une offre logistique et commerciale autant séduisante pour les clients finaux que pour les marchands présents sur cette galerie virtuelle.

Tournée exclusivement sur la Chine dans ses premières années d’exploitation, Liu Qiangdong, PDG fondateur de JD.com a d’autres ambitions sur les 5 prochaines années : offrir à sa clientèle chinoise, un choix de produits internationaux.

Last but not the least, c’est vers la France que l’Asie du Nord jette son dévolu sur des secteurs comme l’Agro-alimentaire, les cosmétiques, le luxe, le textile, la puériculture.
Le « Made in France » est en effet perçu par les classes aisées chinoises comme le Must en matière de qualité et d’élégance.

Pourtant, on ne compte à peine plus de 300 marques françaises sur son portail. Parmi celles-ci, près de la moitié ont déjà un réseau de distribution physique dans les grandes métropoles chinoises.
Ce chiffre pourrait être multiplié par 10, dans les 5 années à venir.

Avec une croissance du commerce en ligne chinois de près de 30% par an, c’est aujourd’hui plusieurs millions de bouteilles de vins et de spiritueux de nos vignobles français qui sont écoulés via la Market Place chaque année !

JD.com a résolument choisi de contourner légalement tous les freins aux entreprises françaises pour se développer durablement sur ce marché : Frais d’entrée réduits, entrepôts sous douane, mise en avant des produits sur le site.

Depuis l’adhésion de la Chine à l’ OMC, c’est toute l’économie de la RDC qui emboîte le pas : les entreprises qui désirent se lancer dans le commerce d’importation n’ont qu’à s’enregistrer auprès du Ministère du Commerce (MOFCOM) ou de ses bureaux autorisés, en conformité avec la Loi sur le commerce international et les Mesures concernant l’inscription et l’enregistrement des entreprises commerciales étrangères, signées en 2004.

Une chance pour les Entreprises françaises, qui auparavant subissaient des règles drastiques pour importer leur marchandise et freinaient ainsi leurs investissements dans un pays déjà culturellement aux antipodes du mode de vie et de consommation à l’occidentale.
2017 sera donc l’année-clé pour les entreprises françaises pour séduire quelques 700 millions d’internautes chinois.

Mais ce sera au prix d’une adaptation coûteuse au marché chinois si les Entreprises françaises ne s’entourent pas de « JD Partner » capables de les accompagner dans leur implantation…sur un marché 20 fois plus important que le marché français. La « French Touch » a ainsi tous les atouts pour sa conquête d’un marché encore inespéré il y a quelques années.